Faune des Pyrénées: Cerf élaphe

RETOUR ACCUEIL > Cerf
(Cliquez sur les photos pour agrandissement et commentaire)

A quelques mètres le brame est vraiment impressionnant.  Cerf au moment de la repousse, les bois sont alors protégés par un velours.     Animal ayant une anomalie de la partie supérieure des bois.  La moyenne des trophées dans les Pyrénées se situe autour de 10 à 12 cors.  
Reproduction et utilisation interdites sans autorisation de l'auteur

 

    Gaston Phoebus a été un grand chasseur de cerf, mais ce cervidé a tellement été chassé qu'il a fini par disparaître des Pyrénées. Il a été réimplanté dans les années 50 dans nombre de vallées, au point de devoir maintenant réguler ses populations.

    Le mâle arbore de magnifiques bois (et non pas cornes, voir explications sur la fiche du bouquetin) qu'il tombe tous les ans. Sa ramure met plusieurs mois pour repousser sous une peau appelée "velours" (voir photo). C'est l'occasion pour les mâles de se regrouper souvent à l'écart des biches. L'instinct territorial va bientôt reprendre le dessus à l'approche du temps fort de la vie des cerfs: le brame (à la charnière Septembre/Octobre dans les Pyrénées). Les mâles rallient les vallées où se trouvent les biches et se défient de la voix. Leur brame est une sorte de rugissement amplifié en montagne par la topographie du milieu. Une nuit dans ces conditions est toujours un moment émouvant même pour les plus habitués. Les combats ne sont pas rares mais souvent sans gravité. Nous avons pourtant constaté la mort de deux d'entre eux en octobre 2000 puis en 2014, les deux avaient le crâne partagé à tel point que les pointes des bois se touchaient.

    L'image d'Epinal d'un grand cerf surveillant son harem, est peu fréquente dans nos montagnes ou rarement stable. La forte déclivité du terrain, fait qu'un cerf a du mal à retenir une biche récalcitrante. Les hardes de brame dans nos montagnes sont souvent limitées à un cerf, une biche et sa descendance, à l'exception des daguets non tolérés par les mâles. La période de réceptivité des biches est de quelques jours, comme souvent chez les mammifères sauvages. Le mâle lui, reste actif pendant plus d'un mois. Il ressort épuisé de cette période où il s'est très peu nourri.

    La biche met bas au début du printemps, après avoir éloigné provisoirement le jeune de l'année précédente. Celui-ci, daguet ou bichette, retrouvera sa mère pour constituer le trio de base de toute harde. Adulte le cerf n'a plus réellement de prédateurs si ce n'est l'homme. Jeune il peut être la proie du renard ou de l'aigle.