Faune des Pyrénées: Ours brun


Malheureusement pas de photo personnelle à vous montrer sur ce magnifique animal à part ces traces prises au printemps vers 1800 mètres, probablement celles de Pyros. Aprés avoir failli disparaitre, deux campagnes de lâchers d'ours Slovènes (1996, 2006) ont permis de ramener la population autour d'une quarantaine d'individus avec un fort taux de consanguinité. A ce jour, le seul ours Canelito, porte pour moitié les gènes de ses ancêtres pyrénéens. Isolé pendant des années dans la partie occidentale de la chaine qui ne comporte aucune femelle, il a tendance depuis 2017 à prospecter la partie centrale de la chaine riche en femelles.

RETOUR ACCUEIL
> Ours

Trace d'ours Mai 2001, Haute Garonne

Voir page généalogie

    L'ours est l'exemple typique de l'opportuniste qui tire profit de toutes les ressources de la montagne. Essentiellement végétarien, il lui arrive de prélever des animaux sauvages ou domestiques. Ce comportement est à l'origine de problèmes de cohabitation avec une autre espèce menacée: le berger. Un nombre significatif de berger est prêt à accepter cette cohabitation contre certaines compensations. Si une petite partie des subventions européennes considérables attribuées aux grands céréaliers pouvait changer de destinataire, alors peut être que le moussu et le berger pourraient tirer profit de leur présence réciproque.
    Contrairement à la marmotte, son hibernation n'est pas aussi profonde. Sa température ne baisse que de quelques degrés et il lui arrive à l'occasion de redoux, de se réveiller et de faire une incursion en forêt. Par beau temps, l'équipe de suivi a mis en évidence une activité régulière autour de la tanière entre onze heures et quatorze heures. Son observation reste une chose exceptionnelle, le seul fait de contempler un paysage en se disant: "il est peut-être là", suffit au bonheur du naturaliste.